L’AITA ne laissera pas les tournois UTR en Inde à moins qu’ils ne soient acheminés à travers eux


Par Amanpreet Singh

New Delhi, 6 octobre (PTI) Avec la tendance à organiser des tournois UTR par des académies privées en Inde, l’AITA a averti les joueurs de tennis et les entraîneurs de rester à l’écart des événements non autorisés.

L’instance dirigeante a clairement indiqué qu’elle n’autoriserait pas la tenue de tournois UTR en Inde à moins qu’ils ne soient acheminés par eux.

Universal Tennis Rating (UTR) est un système de notation indépendant dans lequel les 30 scores des matchs éligibles précédents des joueurs des 12 derniers mois sont pris en compte pour leur classement sur une échelle de 1 à 16.

Dans le système UTR, non seulement le résultat est pris en compte pour l’attribution de la note mais aussi le nombre de parties gagnées et perdues en dehors du niveau de compétition (force de l’adversaire). Même un match serré perdu peut aider à améliorer la note.

Il y a 18 tournois UTR alignés dans différentes villes de l’Inde en octobre et novembre.

Cependant, la All India Tennis Association (AITA), le 3 octobre, a fait savoir aux associations étatiques qu’elles devraient informer leurs propres unités affiliées que la fédération nationale peut retirer / retirer les joueurs, entraîneurs et officiels s’ils participent à UTR et tournois similaires non sanctionnés.

Les organisateurs, cependant, ne sont pas d’humeur à écouter l’AITA.

«Même s’ils ne nous reconnaissent pas, comment leur affiliation nous aide-t-elle? L’AITA nous a-t-elle déjà soutenus? Ils ne nous prennent de l’argent en tant que redevances que lorsque nous organisons des tournois. AITA », a fâché Jitendra Kumar Sharma, qui dirige l’académie de tennis Chamunda à Haryana.

“Au cours des huit derniers mois, quand aucun tournoi n’a eu lieu, l’AITA s’est-elle manifestée pour aider les joueurs ou les entraîneurs? Alors quel est l’avantage de leur affiliation”, a-t-il demandé.

Lancé en 2008 par Dave Howell et ses deux amis, UTR a maintenant été adopté par l’Intercollegiate Tennis Association – qui régit le tennis universitaire aux États-Unis – et plusieurs fédérations nationales.

Une grande motivation pour les académies privées d’organiser des tournois UTR est son prix abordable et l’opportunité qu’il donne aux joueurs de gagner un siège dans les universités américaines très convoitées, qui utilisent maintenant UTR pour prendre une décision de sélection.

Un joueur peut demander un UTR gratuitement, cependant, au départ, il était payant.

L’AITA facture aux organisateurs une redevance de 15 000 roupies par semaine pour un tournoi Talent Series (TS) et elle va jusqu’à 20 000 roupies s’il s’agit d’une série nationale (NS). Pour les épreuves masculines et féminines, la redevance est de 15% du prix total du tournoi.

En comparaison, UTR facture des frais de 100 USD (environ 7000 Rs) pour un mois ou quatre semaines de tournois.

Quelques-uns pensent que les tournois UTR sont plus bénéfiques pour les juniors car ils permettent à un joueur de s’affronter dans au moins 3-4 matchs contre des joueurs de capacité similaire dans un événement.

Dans le circuit AITA, en revanche, si un joueur perd face à un puissant rival au premier tour, il est exclu de la compétition.

“Si un joueur est allé de Delhi à Kolkata pour un événement AITA et perd le premier tour, tous les frais de voyage et de séjour vont dans le drain mais UTR se joue au format Round Robin, vous êtes donc assuré de faire un revenir, si vous jouez bien », a raisonné Vikramjit Singh, qui dirige l’ACE Tennis Academy au Pendjab.

L’avis de l’ITF sur la progression des joueurs stipule qu’un joueur de la tranche d’âge des 11-12 ans doit jouer au moins 50 matchs en simple et 30 matchs en double par an dans les tournois régionaux et nationaux et le nombre est de 70 simples et 35 doubles dans le tranche d’âge de 13 à 15 ans.

La moitié des joueurs dans un tirage au sort de 32, perdent le premier tour et cela signifie que la plupart d’entre eux n’auraient pas la possibilité de jouer 50 matchs en un an, comme le suggère l’ITF.

Alors, les entraîneurs veulent-ils que l’UTR soit un remplaçant du circuit AITA?

“Non, nous ne disons pas cela. Tout ce que nous disons, c’est que les deux continuent. Pourquoi nous menacent-ils? Un de mes joueurs qui s’est récemment inscrit sur UTR, a reçu trois offres de collèges américains. Il est fils de mécanicien. Le circuit AITA lui a-t-il donné cette opportunité? C’est une vie qui change pour lui », a déclaré Vikramjit.

Cependant, le secrétaire général nouvellement élu de l’AITA, Anil Dhupar, a déclaré qu’ils ne laisseraient pas UTR créer une structure de tournoi parallèle.

“Il ne peut pas y avoir deux Boards. Et nous ne sommes pas contre le tennis ou l’UTR. Nous sommes l’instance parentale et si notre plateforme doit être utilisée, personne ne doit nous contourner. Nous ne sommes pas contre UTR mais cela doit être traité par notre intermédiaire. », a déclaré Dhupar.

“Ils nous ont approchés et nous aurons bientôt une réunion avec le président de l’UTR. Nous ne sommes pas au courant de leur système. Si cela est bénéfique pour les joueurs, d’accord mais que l’AITA soit un partenaire”, a-t-il déclaré. PTI ATK ATK


Avertissement :- Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel d’Outlook et est générée automatiquement à partir des fils des agences de presse. Source: PTI


En savoir plus sur Outlook Magazine